Focus n°1 : Les Territoires Inclusifs

Bienvenue sur ce premier article destiné aux quatres thèmes des territoires durables dans le cadre de notre challenge Territoires Durables 2020.

Cette semaine nous nous intéressons aux territoires inclusifs.

Contemplons un instant une grande prairie naturelle comme celle ci-dessous. Nous apercevons plusieurs espèces de plantes et d’herbes. Nous voyons voler des mouches, des insectes, des papillons… Des abeilles butinent en passant de fleurs en fleurs… Tout nous inspire un sentiment de bien-être comme cela arrive la plupart du temps quand l’être humain se connecte à la nature !

 

Un territoire inclusif est un territoire résistant !

Au-delà de ce sentiment de bien-être, nous ne rendons peut-être pas compte que nous contemplons un système hautement complexe. Par exemple, cette prairie doit son apparence à un système de pollinisation très sophistiqué. Certaines fleurs sont capables de s’auto-polliniser. Mais beaucoup d’autres recourent à la pollinisation croisée. Elles utilisent pour cela des pollinisateurs qui peuvent être le vent ou l’eau, mais aussi les abeilles, les mouches, les papillons. Certains pollinisateurs ne s’occupent que d’un seul type de fleurs. D’autres aux contraires sont généralistes et peuvent polliniser plusieurs fleurs différentes…

Au fil du temps, cette prairie a réussi à trouver son équilibre. Chaque espèce qui la compose, végétale ou animale, contribue à cet équilibre, avec une contribution spécifique et unique au système global. 

Tout au long de l’année, cette prairie subit des chocs. Certains se reproduisent régulièrement comme le changement des saisons. La prairie doit être capable de passer de températures très chaudes l’été à des épisodes de neige ou de gel l’hiver.

Ces dernières années, les variations de températures ont d’ailleurs étés plus violentes… Elle doit aussi être capable de résister à la pollution de l’air qui vient des villes situées à proximité. Là aussi, les choses se compliquent depuis quelques décennies… Parfois, la prairie doit affronter des chocs soudains, totalement imprévisibles et particulièrement brutaux : comme ce groupe de plusieurs centaines d’humains qui viennent l’espace d’un week-end organiser une rave-party ! La prairie mettra des mois à s’en remettre… !

 

La résilience représente la capacité de cette prairie à résister aux chocs, quelque soit la nature de ces chocs

Lorsqu’elle subit un épisode de gel ou une rave-party sauvage, « l’écosystème prairie » va mobiliser toutes les ressources dont il dispose pour retrouver le plus rapidement possible son équilibre initial. Toutes les espèces végétales et animales qui le composent, à condition qu’elles aient pu survivre au choc, seront mises à contribution pour retrouver l’équilibre initial.

La nature est devenue experte en matière de résilience. Cette expertise s’est acquise au prix de 4 milliards et demi d’années de R&D (comme le dit si bien Idriss ABERCANE dans « l’âge de la connaissance). Au fil du temps, les écosystèmes naturels qui n’étaient pas suffisamment résilients se sont montrés incapables de résister aux chocs internes ou externes et se sont effondrés… 

Ainsi, nous pensons souvent à tort que la dégradation d’un écosystème est un phénomène très lent. Ceci est vrai jusqu’à un certain point : les nombreux travaux sur la résilience des écosystèmes montrent que ceux-ci fonctionnent plutôt comme des interrupteurs. Ils perdent progressivement leur capacité de résilience jusqu’à un point de rupture (tipping point) au-delà duquel ils s’effondrent brutalement…

Pour être résilient, un territoire doit donc être inclusif !

Le concept de résilience peut facilement se comprendre au niveau de l’écosystème naturel que constitue une prairie. Mais chacun de nos territoires est aussi un écosystème qui doit être résilient, sous peine d’effondrement !

Pour être résilient, un territoire doit être inclusif. Mais qu’est-ce qu’un territoire inclusif ?

Dans son livre « La société inclusive, parlons-en ! Il n’y a pas de vie minuscule », Charles GARDOU nous donne quelques éléments de réponses très pertinents. Il considère ainsi « qu’une société n’est pas un club dont des membres pourraient accaparer l’héritage social à leur profit pour en jouir de façon exclusive. Une société n’est pas un cercle réservé à certains affiliés. Il n’y a pas de carte de membre à acquérir, ni droit d’entrée à acquitter. Ni débiteurs, ni créanciers autorisées à mettre les plus vulnérables en coupe réglée. Ni centre, ni périphérie. ».

Sur un territoire inclusif, tout est fait pour que chaque être humain qui y vit se sente intégré au collectif et pour que ses besoins fondamentaux soient pris en compte. 

Ce n’est pas par hasard que sur les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) mis en œuvre en 2015 par l’ONU, 7 sont consacrés à l’inclusion (dont les 4 premiers).

 

La crise du COVID19 est un très cruel rappel à l’ordre

Focalisé sur l’hyper compétition économique au niveau mondial, de très nombreux territoires ont perdu de vue ce lien très fort entre l’inclusivité et la résilience.

La crise que nous sommes en train de vivre est un très cruel rappel à l’ordre. Très cruel par le terrible bilan humain de cette catastrophe…

Mais très cruel aussi en termes de « défaite intellectuelle » y compris sur le plan économique : que pèsent maintenant les quelques milliards « d’économies » sur les dépenses sociales et de santé réalisées durant des années de politiques d’austérité lorsqu’on les compare aux milliers de milliards que va coûter cette crise en une seule fois ?

Nous devons tous espérer que les leçons seront tirées de cette crise. Le monde d’après ne doit plus être comme le monde d’avant. Nous avons besoin d’une feuille de route innovante.

Cette feuille de route, nous l’avons : ce sont les 17 Objectifs de Développement Durable de l’ONU. Pris ensemble, ils permettent de bâtir des territoires plus inclusifs, plus écologiques, plus dynamiques et plus justes. 

Et au final, des territoires plus résilients !

 

Envie d’aller plus loin ? Nous vous présentons trois exemples de projets inclusifs :

Stirrup – Une alternative aux logements vacants

Stirrup est une plateforme qui permet aux personnes sans-abri d’avoir accès à un logement pour une période tremplin d’accompagnement grâce à un prêt gratuit de logement vacant ; et donc de retrouver leurs droits et de se réinsérer dans la vie sociale et économique.

En parallèle, ils permettent aux propriétaires de ces logements vacants de faire d’importantes économies en toute sécurité.

https://stirrup.fr/ 

 

Les Olympiades du vivre ensemble 


Organisé par l’Association Nouvelle du Vivre ensemble, en partenariat avec la Ville, le Conseil départemental et bien d’autres (Adapei, Handisport, Sport adapté, Scouts Guides de France, Comité départemental olympique, UNSS78…), l’événement a pour objectif de développer l’esprit du vivre ensemble à travers le sport et ses valeurs.

Ces olympiades regroupent quelque 1 200 participants, valides et non valides, sportifs, accompagnateurs avec le public le plus large possible, invité à s’associer à la manifestation en participant à des épreuves mixtes.

https://www.vivre-ensemble78.com/les-olympiades/

 

Le projet ‘’En signe de mémoire’’

Le projet En signe de mémoire est organisé par l’Adis (association départementale pour l’insertion des sourds). Ce projet est “né du constat qu’au-delà de la difficulté d’insertion des personnes sourdes du fait de leur handicap, celles-ci sont confrontées aux mêmes problèmes de désocialisation et de perte d’autonomie que toutes les personnes vieillissantes connaissent”. Ce projet a donc vocation à co-construire des outils sur la thématique du bien-vieillir par et pour les personnes atteintes de surdité.

L’objectif est de construire un échange ainsi que des outils, sur la thématique du bien vieillir. L’idée principale est de lutter contre cette désocialisation et cette perte d’autonomie grâce à une série de 10 atelier de 3h basés sur l’entraînement cérébral, l’activité physique et sportive, ainsi que l’alimentation.

https://fondation.adrea.fr/projets/association-departementale-association-sourds-memoire-vieillissement

 

%d blogueurs aiment cette page :