Développement durable et paradoxes

Qu’est-ce qu’un paradoxe ? Le plus souvent, il s’agit de la tension conflictuelle entre deux affirmations, qui semblent toutes les deux vraies !

De nombreuses personnes détestent les paradoxes. Il est en effet plus simple de raisonner dans une seule dimension. Dans notre mode d’instantanéité, il est courant de se focaliser sur une unique dimension d’une réalité complexe, plutôt que justement d’essayer comprendre cette réalité dans toute sa complexité.

Pourtant le paradoxe est un puissant stimulant pour la réflexion et les personnes qui acceptent de s’attaquer à ce dernier sont souvent celles qui font le plus progresser la société.

Si vous faites partie de ces personnes, alors les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en 2015 par 193 pays membres de l’ONU sont faits pour vous !

ODD : contradiction ou complémentarité ?


Alors que l’ODD 13 met l’accent sur la lutte contre le réchauffement climatique, l’ODD 1 a pour ambition de supprimer toute forme de pauvreté (la pauvreté étant lié à un certain seuil fixé au niveau mondial) sur la planète d’ici 2030 ! Beaucoup d’experts pointent la difficulté : est-ce que réduire la pauvreté n’implique pas un certain niveau de développement et donc de facto l’émission de gaz à effet de serre supplémentaires ?

Les ODD 2, 6, 7 mettent respectivement l’accent sur une humanité dont les besoins alimentaires, d’accès à l’eau et à l’énergie sont couverts. Mais simultanément, les ODD 13, 14 et 15 visent à réduire les émissions de gaz à effets de serre et à préserver les écosystèmes terrestres et marins. Contradiction quand tu nous tiens !

A cause de leurs contradictions intrinsèques, de nombreuses personnes considèrent les ODD au mieux comme une utopie et au pire comme une escroquerie intellectuelle…

En fait, même sans oser l’affirmer ouvertement, beaucoup croient qu’il sera impossible de concilier les enjeux économiques, écologiques et humains, notamment avec les perspectives d’une humanité dont la population passera de 7 milliards d’habitants aujourd’hui, à 8.6 milliards en 2030 et 10 milliards en 2050.

Peut-être ont-ils raison et il ne serait pas raisonnable de sous-estimer les immenses difficultés que cette conciliation implique.

Mais c’est justement parce qu’ils sont paradoxaux et contradictoires, parce qu’ils paraissent parfois irréalistes, parce qu’ils semblent imparfaits et utopiques, que les ODD sont aussi importants.

Car les paradoxes ont une immense vertu : ils peuvent représenter une formidable source d’innovation dès qu’on s’efforce de les comprendre et qu’on se donne les moyens de les dépasser. 

Tout dépend de la façon dont on regarde les choses…

On peut arrêter notre analyse au niveau de ces paradoxes et contradictions entre les 17 ODD… mais on peut aussi s’attacher aux inter-relations qu’ils entretiennent et, ce faisant, identifier les leviers d’actions qu’ils contiennent.

Par exemple, l’agriculture durable s’inscrit dans le cadre de l’ODD 2 dont l’objectif est d’éliminer la faim. L’agriculture est souvent présentée comme un problème en terme de développement durable. Selon plusieurs études, l’agriculture serait responsable du quart des émissions de gaz à effet de serre, avec principalement le méthane relâché par les animaux ruminants. 

Mais elle peut aussi être un énorme réservoir de solutions.

Ainsi, promouvoir une agriculture durable (par exemple, en réduisant l’élevage industriel ou en travaillant sur les pistes de séquestration du CO2 dans les sols agricoles) permettrait donc d’agir sur l’ODD 13 lié au changement climatique. Par ailleurs, tenir compte des services écosystémiques que rendent les agriculteurs (et les rémunérer spécifiquement pour cela !) permettrait à la fois de réduire la pauvreté conformément aux attentes de l’ODD 1 et de préserver les écosystèmes terrestres comme le demande l’ODD 15. De même, l’agriculture durable implique de prendre en compte les enjeux de la sécurité alimentaire, comme par exemple les risques de résistance aux antibiotiques. L’agriculture entretient donc un lien direct avec l’ODD 3 dont l’objectif est de permettre à tous de vivre en bonne santé.

Tout est donc lié. En agissant sur un ODD, il est possible d’interagir sur plusieurs autres et créer des effets démultiplicateurs très importants.

Les ODD : solutions pour le monde de demain !

La grande force de ces 17 ODD est donc de nous obliger à penser globalement et à avoir une approche systémique. Cette approche est inverse à celle d’un raisonnement en silo et unidimensionnel.

Les 17 ODD ont justement été pensés comme un gigantesque appel à l’action au niveau mondial. Les gouvernements, les entreprises, les citoyens doivent se mobiliser pour utiliser les ODD, penser différemment et sortir des sentiers battus.

En acceptant de se confronter à la complexité, en assumant les paradoxes, en mettant tout en œuvre pour les dépasser et trouver des solutions de sortie par le haut, en jouant sur les interactions et les effets de leviers entre ODD, la communauté mondiale dispose d’un précieux outil pour inventer le monde de demain.

%d blogueurs aiment cette page :